Commune de Bousbach

http://www.communedebousbach.fr/

La Libération de Bousbach (Les années de guerre 39/45)

La Libération de Bousbach par les forces alliées le 6 décembre 1944

 

Le 5 décembre 1944, les Allemands se retirèrent du village, craignant un encerclement au fond de cette vallée non défendable. Seul restait détaché un commando chargé de la destruction des ponts qui étaient minés. Il était installé dans la forge GROO avec vue sur le pont qu'il surveillait.

C'est à la faveur de manoeuvres de diversions modestes mais courageuses opérées par Bernard METZINGER, qu'Albert GROO a pu approcher du pont et neutraliser astucieusement le système de mise à feu. Quand , le 6 décembre à 14 heures, le commando déclencha le dispositif, le pont ne sauta pas. Les Allemands enfourchèrent leurs motos et disparurent. On leur avait fait savoir par ailleurs , que les Américains arrivaient , ce qui n'était pas vrai.

Vers 15 heures de ce même jour, on put voir à partir de la Bietmühl des chars américains montés de Tenteling sur le Grauberg. Cela incita, Marcel HAY, Joseph HOUVER et Alphonse KRATZ trois "Malgrè-Nous", depuis longtemps cachés au village, à aller à la rencontre des libérateurs pour les informer du départ des Allemands

Brandissant le drapeau tricolore, jusqu'à alors dissimulé dans un grenier, ils furent vus à mi-chemin par un avion d'observation des Forces Alliées. A l'approche de Tenteling, une patrouille motorisée vint à leur rencontre. Ensemble, ils reprirent le chemin de Bousbach.

A l'arrivée des premières voitures blindées, une grande partie de la population du village s'était rassemblée au lieu-dit Dreieck et formait une haie pour les accueillir. Le curé KNAPP leur souhaita la bienvenue et maîtrisant l'anglais, il parvint à enlever leurs dernières réticences.

C'est ainsi que Bousbach fut libéré sans morts, sans blessés civils, ni dommages. Bien des communes voisines souffrirent beaucoup pendant de longs mois de vie dans les caves et durent payer un lourd tribut pour leur

propre libération.

Malheureusement le calvaire de nos "Malgré-Nous" ne fit que commencer. Dans les jours qui suivirent, 16 d'entres eux, tous de notre village, déserteurs de la Wehrmacht, furent arrétés et internés dans des camps de prisonniers allemands. Ils ne recouvrèrent leur liberté qu'àprès l'Armistice du 8 mai 1945.

Pour ces actes de bravoure et de courage, et par délibération du conseil municipal du 6 janvier 2002, Alfred GROO, Marcel HAY et Alphonse KRATZ ont été nommés CITOYEN D'HONNEUR de la commune.

 

drapeauliberation.jpg

 

Le drapeau qui a servi à la Libération de Bousbach